La rentrée des portfolios

portfolio

Les jeunes diplômés sont enfin diplômés. Le « Projet de diplôme » à cartonné. Tout le monde a bien fêté ça, s’est relaxé, a bien profité de l’été pour recharger les piles de la créativité. Heureusement, car une pièce maitresse de leur avenir reste à être réalisée : le portfolio (book).

Retour à la maison, retour à la réalité, il ne faut pas perdre de temps et réenclencher la machine… cependant, dans la chambre : le carton plume ne se ferme plus, envahi par du papier de soie, papier déchiré, papier kraft, on ne peut plus mettre un pied devant l’autre, une boite à chaussure déborde de bouts de tissus, bouts de ficelle, bouts de « trucs », au mur sont punaisés des projets, des croquis, des esquisses, des photos, suspendues au plafond, des expériences artistico papier mâché… bref, c’est la chaos complet.

La première étapes du portfolio sera donc de mettre de l’ordre dans ce champs de bataille.

1 Classer et ordonner les projets des 5 dernières années.

– On ne garde que le stricte nécessaire / bon d’accord, et aussi le stricte émotionnel / mais pas tout !

– On classe par type de projets / par goût / par chronologie.

– On essaie de trouver une logique, un fil conducteur, qui nous aidera ensuite à les présenter et avoir un discours cohérent.

Une fois que de l’ordre est mis, il reste une tâche bien délicate. En effet, tout ne doit pas être montré. Le portfolio doit montré un « aperçu », un « condensé » de votre travail : technique, style, concept, format, etc … Montrez ce qui vous fait vibrer, ce qui vous représente et qui fera fléchir votre « spectateur ».

2 Sélectionner les projets à présenter.

Vous avez des favoris, évidemment, mais ne vous focalisez pas… il y aussi des incontournables à présenter. Aucune règle précise dans ce cas là, car un portfolio n’a pas de règles, ou uniquement celles que vous lui donnerez. Pensez juste à varier, à montrer un réel éventail de votre savoir-faire. Mais en aucun cas n’ayez crainte d’affirmer votre style et vos convictions de jeune diplômé.

Les employeurs recherchent la nouveauté, une certaine fraicheur, un esprit réactionnaire, provocateur… la fougue et l’envie débordante que nous avons tous en sortant de nos études: révolutionner notre société, ses codes et le langage visuel. C’est ça ce que recherche réellement les nouvelles agences créatives. Cette peau de caméléon enfilée pour se confondre dans la masse, vous aurez de nombreuses occasions de la revêtir dans votre avenir professionnel, car malheureusement, le client vous l’imposera parfois.

3 Quel format ? Quelle mise en page ?

Même chose, il n’y a pas de règle tant que vous êtes cohérent et que vous restez vous-même. Seul petit « Hic » à mon avis, c’est de réaliser un portfolio brouillon et peu lisible. L’employeur/client ne prendra surement pas le temps de le décrypter. Soyez direct, clair et pratique. Il faut toujours présenter 2 types de portfolio : le portfolio numérique, consultable depuis n’importe quel ordinateur (Blog, CD, USB, etc…) et le portfolio papier, à emmener partout sous son bras. Emmener aussi des exemples de projets aboutis, de pièces finales, pour illustrer au mieux votre savoir-faire.

Bref, comme je le disais précédemment, il n’y a quasiment aucune règle à respecter sinon celle de rester vous même et de garder bien en tête que la façon dont vous présentez votre travail s’inscrit dans le processus de création et le poursuit.

Et comme une image vaut 1000 mots, voici des exemples de portfolios originaux et à mon avis très aboutis.

La présentation avec des personnes

La présentation avec des mains

La présentation d’exemplaires multiples

La présentation à l’aide d’accessoires

La présentation de tout un ensemble

La présentation dans un livret / La présentation en feuillets / La présentation sous forme de journal

La présentation in situ / mise en situation.