Moleskine, Marqueurs et Surréalisme : Entretien avec Pentasticarts

Armé de son Moleskine et de marqueurs noirs, Joseph Catimbang redessine le monde avec minutie et précision, sa patte unique exprimant avec poésie et onirisme un univers qui lui est propre. Vous vous êtes certainement déjà extasié devant ses réalisations et cette semaine nous avons pu aller à sa rencontre pour lui poser quelques questions.

Bonjour Joseph, pouvez-vous nous en dire en peu plus sur votre situation actuelle et sur ce qui vous a mené vers le dessin et le webdesign ?

Bonjour Luc, je travaille actuellement comme webdesigner designer graphique à plein temps pour une entreprise basée en Californie. Généralement, les projets d’illustrations et collaborations qui m’ont fait connaître, je les mène en dehors de mon travail principal. J’aime mon travail de bureau comme j’aime le travail d’illustration et j’essaye constamment de donner le meilleur de moi-même. Certains de mes collègues pensent que j’en fais trop, moi je sais que c’est une vraie passion qui m’anime. C’est juste une question de perspective.

Cela vous arrive-t-il de travailler avec des entreprises sur des travaux de graphisme ? Est-ce plutôt pour des opérations spéciales (comme cela a été le cas avec Starbuck) ou effectuez vous un travail de fond autour de la création de l’identité de marque ?

Mon travail quotidien reflète lui aussi mon attirance à la fois pour les médias traditionnels et non-traditionnels. Je n’ai pas de type d’entreprise en particulier, j’ai pu travailler avec des PME, comme avec des grosses firmes. Cela peut m’arriver d’accepter des clients pour des missions de création de logo ou de charte graphique en plus de mes différentes activités mais je préfère ces derniers temps me consacrer à mon travail d’illustration.

 

Quels dessins vous ont demandé le plus travail ? Desquels êtes-vous le plus fier ?

Mes comptes Facebook et Instagram ont commencé à sérieusement attirer l’attention de ma communauté lorsque je me suis lancé dans un hommage à la série Game of Thrones, en illustrant notamment un jeu de cartes, puis en réadaptant les blasons des différentes maisons.

Avez-vous des rituels qui accompagnent votre travail de création ?

Pas particulièrement non mais celui-ci est très souvent conditionné par mon humeur. Je sais qu’il y a certains soirs où je ne le sens vraiment pas et même si je me force à dessiner quelque chose je n’y arriverais pas.

Avez-vous des entreprises avec lesquelles vous aimeriez travailler en particulier ? Des artistes avec lesquels vous aimeriez collaborer ?

Des entreprises en particulier ? Peut-être Apple ou Converse. Tant qu’on me laisse pratiquer mon travail comme je l’aime et que je peux développer mes compétences, je pense que je peux travailler à peu près partout. Collaborer avec certains artistes est l’un de mes plus grands rêves. Il y en a beaucoup trop pour les mentionner mais je pense notamment à :

Gabriel Picolo

 

Kim Gung Ji

 

Katsuya Terada
Kerby Rosanes

 

Lei Melendres

Pour conclure, au vu de votre expérience, quels conseils donneriez-vous à ceux qui se lancent dans le métier ?

Je leur dirais de croire en leur talent, compétences et passions. Il y a beaucoup de personnes qui projettent leurs peurs et leurs frustrations sur leur entourage, certains iront même jusqu’à vous détester pour votre talent. Ne les laissez pas entrer dans vos têtes, soyez certains que ce sont vos compétences qui génèrent ces réactions.

*Traduit de l’anglais par Luc Savi


Nous ne résistons pas à l’envie de vous montrer d’autres des illustrations de Pentasticarts, pour les voir dans leur intégralité c’est ICI  !