Graphisme : 5 questions à poser à vos clients

Vous êtes graphiste ou webdesigner ? Alors vous savez qu’accepter le projet d’un nouveau client sans s’être suffisamment intéressé au brief graphique est le plus souvent une mauvaise idée. Nous ne le redirons jamais assez : co-mmu-ni-quez avec vos clients, pour éviter toute mauvaise surprise. Pour ne tomber vous retrouver forcer à faire marche arrière dans votre démarche graphique, voici cinq questions que vous devrez absolument poser à vos nouveaux clients afin d’avoir tous les détails du projet en tête.

 

Qui est votre public cible ?

 

Il est évidemment nécessaire de savoir à qui vous allez vous adresser. Une fois ces informations en votre possession, vous voilà à même de définir un style et un contenu adapté. Autre information importante à avoir : votre visuel est-il à destination de clients existants (rétention) ou essayez vous d’en attirer de nouveaux (acquisition). Enfin, vérifiez si vous pouvez obtenir une estimation de l’age, localisation, genre de vos cibles. Parfois, leur religion et statuts économique peuvent être pertinents.

 

 

Quel est votre message de marque ?

 

À chaque message son design. Vous devez savoir exactement celui qu’on vous demande de transmettre pour pouvoir créer un visuel impactant. Assurez-vous de proposer un ensemble sémantique, que vous ferez approuver par votre client avant de commencer à travailler sur la partie conception. Pour exprimer au mieux le message, n’oubliez pas qu’il est souvent préférable de rester minimaliste.


Quelles sont les spécifications du projet ?

 

Le travail de graphiste implique de travailler sur différents supports, ce qui génère différents coûts, relatifs aux outils utilisés et au temps de travail fourni. Votre client peut vous commander la réalisation d’une brochure de 80 pages, comme celle d’un flyer recto. Il est donc nécessaire d’avoir connaissance de ces éléments pour pouvoir estimer au mieux le prix que vous allez facturer pour votre travail. 

La principale problématique est ici que la plupart de vos client vont privilégier le prix à la cohérence du support, n’hésitant pas à sacrifier quelques pages par ci, par là. Ce sera donc votre travail d’accompagner vos clients vers une conception efficace. En effet, il se peut que plus de pages soient nécessaires pour que sa communication soit plus impactante, que le choix d’un dépliant 1 pli simple soit parfois plus cohérent que celui d’un dépliant, etc. Pour les supports print, le contenu, la conception et la présentation devront donc être définies par avance.

 

Quel est votre budget ?


C’est évidemment une question centrale pour tout graphiste avant de se lancer sur un projet. I
l arrive que certains clients ne révèlent pas leur budget pour un projet de conception graphique. Dans certains cas, ils ne sont pas en mesure de fournir une estimation précise, dans d’autres il peut s’agir d’une tactique de négociation.

Malheureusement, encore trop de clients sous-estiment le travail de conception graphique. S’il est vrai que de nombreux graphistes sont des indépendants et acquièrent une formation sur le tas, le travail effectué ne peut être minimisé quand on sait que 58 % des graphistes et webdesigners travaillent plus de 40 h par semaine. Et lorsque l’on sait que le salaire reste aussi un élément de motivation, 78 % des concepteurs ont révélé travailler plus d’heures que celles pour lesquelles ils ont été payé. (Source : https://www.creativereview.co.uk/graphic-designers-surveyed-the-findings/)

 

Quelle est la date limite pour rendre le projet ?

 

Avec toute la technologie et les outils à portée de main, même le graphiste le plus expérimenté a besoin de temps pour trier ses projets. Plus on passe de temps à affiner un design, meilleur est le résultat. Les graphistes peuvent même accepter des projets avec un salaire inférieur s’ils ont beaucoup de temps pour le faire.

En plus de la date limite, il peut également être utile d’en connaître le motif de la date limite. Si elle correspond à quelque chose d’important, comme un lancement de produit, elle peut ne pas être flexible. C’est une considération importante pour tout graphiste avant d’accepter un projet.


Répondre aux questions ci-dessus vous aidera non seulement à démarrer votre projet mais aussi à estimer le coût et le temps de votre travail, ce qui pourrait vous permettre de demander au client un acompte si besoin est.
De plus, cela vous permettra de mettre en avant votre professionnalisme et vous économiserez beaucoup de temps, d’argent et d’efforts pour vous et votre client.

 


Source : http://designrfix.com/