Environnement et recyclage : 3 idées fausses sur l’industrie du papier

En ce qui concerne l’environnement, l’industrie papetière souffre injustement d’une mauvaise image, formée autour de plusieurs idées reçues. L’environnement est au cœur de toutes les préoccupations et plus particulièrement dans le secteur de l’imprimerie. Voici une réponse à trois idées reçues récurrentes dans le secteur.

1. L’industrie papetière contribue à la déforestation massive

Les bois utilisés par l’industrie papetière en France pour fabriquer le papier (destiné à être imprimé ou non) proviennent pour 40% d’entres eux des déchets de scierie et de bois d’éclaircie, sous-produits nécessaires à la croissance de la forêt. Les 60% restant sont issus du recyclage.

L’industrie papetière contribue au développement et à la bonne santé des forêts, et non à leur destruction. Par exemple, en Europe, les forêts augmentent chaque année d’une superficie supérieure à 1.5 millions de terrains de football.

foret

2. L’industrie papetière est hautement polluante

La quantité moyenne de papier consommée par une personne sur une année est de 200 kg. Pour produire 200 kg de papier, l’industrie papetière n’a besoin que de 500 kWh, ce qui revient à alimenter un ordinateur pendant un mois selon une étude d’ATS Consulting.

La production de média imprimé est efficace énergétiquement parlant car en remplaçant 50% de l’énergie fossile (énergie que l’on produit à partir de roches issues de la fossilisation des êtres vivants) par de la biomasse (ensemble des matières organiques d’origine végétale, animale ou fongique), l’industrie papetière a recours aux énergies renouvelables et contribue donc à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

eoliennes

3. L’industrie papetière produit trop de déchets

Il est souvent dit que le papier est un gisement conséquent de déchets, cependant, l’industrie papetière est la première industrie de recyclage en France.

Les bois utilisés par l’industrie papetière proviennent pour la grande majorité des chutes de scierie, pour l’autre partie, ce sont des bois d’éclaircies – nécessaire à la croissance de la forêt –. Lorsque ces bois représentent 40% des matières premières fibreuses destinées à la fabrication de la pâte à papier, les 60% restants résultent de la récupération des papiers et cartons recyclés.

Les fibres de papier peuvent être recyclées jusqu’à six fois, le recyclage constituant ainsi le moyen le plus efficace pour éviter l’accumulation des déchets de papier.

Bien entendu, tout cela n’est possible qu’avec une utilisation responsable du papier. Chacun doit donc y contribuer.