Print&rview

« S’il faut travailler jusqu’à 67 ans, autant organiser mes activités pour qu’elles soient les plus variées possibles. » Interview de Zoé Viot, illustratrice, blogueuse et romancière

interview zoe viot illustratrice

Cette semaine, nous vous proposons un entretien avec Zoé Viot, une illustratrice indépendante, blogueuse, mais aussi romancière. Elle nous partage son parcours, ses motivations, son quotidien, et ses projets à venir.

Bonjour Zoé, merci d’avoir accepté de répondre à cette interview pour Printoblog. Avant de commencer, pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours ? Pourquoi vous êtes-vous lancée comme illustratrice indépendante ?

J’ai 47 ans et je suis illustratrice depuis 20 ans ! J’ai grandi à Tours et je suis venue m’installer à Paris pour y poursuivre mes études après mon bac. Je suis diplômée de Penninghen, une école d’arts graphiques. À la fin de mes études, j’ai débuté comme directrice artistique salariée, mais j’ai très vite compris que j’avais plutôt un tempérament d’indépendante… Alors, je me suis lancée (et j’ai bien fait).

caricature zoe viot illustratrice

Comment se passent vos journées ? Avez-vous une routine de travail ou est-ce que chaque journée est complètement différente ?

J’ai une routine dans la mesure où je travaille dans un atelier partagé avec d’autres travailleurs indépendants. Nous avons chacun notre poste de travail dédié et nous partageons l’espace, le loyer, les fournitures et la vie de bureau. Ça, c’est la routine indispensable pour nous créer un cadre et des horaires de travail. En revanche, les sujets traités dans mes missions sont très variés.

Avez-vous des artistes qui influencent votre travail ?
Comment avez-vous affirmé votre style ?

Tous les artistes influencent mon travail ou presque ! Je suis à l’affût des idées, des techniques, des couleurs vues dans les nombreuses expositions que je visite (c’est tout l’intérêt de vivre à Paris). Mon style s’est affirmé par l’usage que mes clients font de mes illustrations : on doit pouvoir se projeter facilement dans mes images qui sont donc lisibles et colorées. Je travaille en vectoriel ce qui permet une grande souplesse de traitement.

illustration disney zoe-illustratrice metro boulot gogo

Vous avez pu collaborer avec de grands groupes. Est-ce différent des autres clients que vous avez accompagnés ?

Ce n’est pas tellement l’entreprise qui fait la relation client, c’est plutôt le nombre d’intermédiaires. Travailler via une agence de communication est assez confortable car c’est elle qui gère la relation avec le client. Travailler directement avec le client réclame plus de temps car il faut être chef de projet en plus d’être illustrateur mais notre travail est souvent plus valorisé. La relation commerciale, elle, est organisée par mon agent…

Vous faites des illustrations pour le print, mais aussi pour le numérique. Avez-vous une préférence de support ? Et de thème ?

Je n’ai pas de préférence de support tant que c’est bien réalisé ! Quant aux thèmes, ils sont tellement variés que je ne m’ennuie jamais : alimentation, animaux, médical, personnages, il y en a pour tous les goûts. Je réalise même les panneaux marrons d’animation culturelle des autoroutes APRR de Bourgogne-Lorraine, sujet fabuleux qui allie patrimoine et contraintes techniques fortes, un rêve d’illustratrice.

zoe viot aprr cote d'or

Vous portez plusieurs casquettes. En plus de votre quotidien d’illustratrice indépendante, vous tenez un blog illustré et humoristique dont vous avez tiré un roman graphique en deux tomes et vous avez même écrit un roman ! Quelle partie de votre métier préférez-vous ? Pourquoi ?

C’est l’alternance, le vrai plaisir. J’aime sortir de ma zone de confort avec l’écriture, y retourner avec une commande d’illustration qui me plaît, raconter ma vie dans mon blog et recommencer. Métro Boulot Gogo (le roman graphique) m’apporte une certaine notoriété, Rue des Boulets (mon roman, une autofiction) a ému (et fait rire) un public différent. S’il faut travailler jusqu’à 67 ans, autant organiser mes activités pour qu’elles soient les plus variées possibles.

roman zoe viot rue des boulets

D’où vous est venue l’idée de faire un blog illustré ?

D’un double besoin : raconter de façon humoristique mon quotidien avec mon adolescente autiste et handicapée afin de dédramatiser les idées préconçues que l’on se fait du handicap. Je teste aussi dans ce blog des techniques, des tonalités nouvelles, une liberté d’expression personnelle que je n’ai pas dans mes commandes professionnelles (et ce sont deux plaisirs différents !).

ime metro boulot gogo

Quels sont vos projets à venir ?

Je suis en train d’écrire un deuxième roman et je continue à alimenter mon blog illustré de petites tranches de vie bien cuites ou saignantes…

Quels conseils donneriez-vous aux illustrateurs en herbe qui veulent se lancer à leur compte ?

Vivre de son art requiert des qualités assez éloignées de la pratique artistique : rigueur, ponctualité, démarchage commercial, relation client, comptabilité. Mon conseil pour se lancer serait de prendre un agent car il trouve les missions et négocie les devis, ce qui permet de se consacrer à la création elle-même. Autre chose, cela paraît évident, mais il faut aussi se former ! Dessiner, ça s’apprend.

Comment here