« Je n’ai pas réellement de style de prédilection. Je me sens plus libre, si on peut dire, dans l’illustration comics. » Entretien avec Margaux Saltel, Comicbook artist

superfreaks

Nous accueillons sur le blog une illustratrice de talent : Margaux Saltel. Elle nous raconte dans cet entretien son parcours professionnel légèrement atypique, son passage par l’illustration jeunesse pour aboutir à l’illustration de comics book dont la série « Superfreaks ».

Bonjour Margaux et merci beaucoup d’avoir accepté cette interview ! Pour commencer, pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel ? Qu’est-ce qui vous à amener à commencer le dessin puis à travailler dans l’illustration jeunesse et de comics book ?

Merci pour la demande d’interview !
J’ai un parcours assez atypique et en même temps non, il n’y a pas un « véritable » parcours pour être illustrateur•ice.
Après mon baccalauréat, je suis entrée aux Beaux-Arts, et j’y suis restée les cinq années. Je ne conseille pas forcément de passer par cette étape. Ce genre d’école prépare plus une culture générale et une réflexion sur son Art et soi-même, que réellement des techniques !
Ensuite, j’ai tenté de travailler dans la communication, et c’est par des rencontres et en travaillant réellement toute seule mon dessin que j’ai pu me lancer, d’abord en illustration jeunesse.
Le comics est venu ensuite. Grace à des fan art et à des rencontres avec des scénaristes !
Ce milieu se construit surtout avec des opportunités !

 

Big Barda & Mister Miracle" Margaux Saltel 2017
Big Barda & Mister Miracle » Margaux Saltel 2017

Vous jonglez entre illustration jeunesse et illustration de comics, notamment avec des collaborations aux Etats-Unis. Avez-vous un type d’illustration de prédilection ? Qu’est-ce qui vous inspire ? Comment avez-vous trouvé votre style ?

Je n’ai pas réellement de style de prédilection. Je me sens plus libre, si on peut dire, dans l’illustration comics.
J’avais adapté mon style pour coller plus aux livres jeunesses, mais souvent les éditeurs me disaient que j’étais trop « adulte » ou trop « animation ». Je cherche encore ce qu’ils insinuent avec ce genre de retour. Pour moi, il n’y a pas réellement de style jeunesse ou adulte !
Mon dessin actuel est plus une évolution et beaucoup de travail ! Je regarde énormément ce qu’il se fait en illustration actuelle et je lis des comics, pour comprendre et travailler mes défauts !

 

 

Quels sont vos influences et quels sont vos artistes référents ?

Mes influences sont assez larges, cela peut aller de Ingres et Gustave Doré, à Helen Chen et Marguerite Sauvage pour citer des illustratrices de comics !
J’aime beaucoup les illustrations très colorées comme celles de Cory Loftis et également les dessins de Claire Wendling.

Vous avez illustré une série de comics books parue sur la plateforme ComiXology « Superfreaks » et vous avez réalisé la couverture alternative de « The Wicked + The Divine : The Funnies », comment se sont passés ces collaborations ? Cette mise en lumière de votre travail vous a-t-elle permis de décrocher de nouvelles opportunités?

Je travaille avec Elsa Charretier et Pierrick Colinet sur « Superfreaks » depuis plus de deux ans maintenant. C’est un projet qui nous tient à cœur, et que j’aime énormément faire ! On est une bonne équipe et cela aide à travailler dans de bonnes conditions !
Grace à ce projet, j’ai pu rencontrer des auteur•ices lors de conventions. Faire la couverture pour « The Wicked + The Divine » est un grand honneur, étant une fan de cette série. Cela a en effet boosté si l’on peut dire, ma visibilité dans le milieu du comics, et cela me permet et va surement me permettre d’avoir de nouvelles opportunités !

 

Superfreaks, Margaux Saltel / ComiXology Originals 2018
Superfreaks, Margaux Saltel / ComiXology Originals 2018

 

The Wicked + The Divine" variant cover, Margaux Saltel / Images Comics 2018
The Wicked + The Divine » variant cover, Margaux Saltel / Images Comics 2018

Avez-vous un rituel pour vous mettre à travailler ? Une routine qui vous aide à trouver l’inspiration ?

Travailler de chez soi est souvent complexe, se fixer une routine aide beaucoup !
Je me fixe des horaires de travail (que je dépasse lorsque la deadline approche, j’avoue), je regarde mes emails le matin et le soir, j’ai une pause fixe pour manger etc.
Sans cadre, on est vite tenter par les choses à faire chez soi !
Il faut aussi se fixer des jours de repos, des pauses et des sorties, sans cela notre cerveau peut vite saturer et on va mal travailler !

 

"The Infinite Loop vol.2" variant cover, Margaux Saltel / IDW 2017
« The Infinite Loop vol.2 » variant cover, Margaux Saltel / IDW 2017

Quels conseils pourriez-vous donner à des illustrateurs en devenir ou débutants ?

Travailler, toujours chercher à s’améliorer car rien n’est acquis ! Et surtout ne pas accepter de travailler gratuit ou pas cher ! Ce n’est pas parce que l’on est débutant, que l’on ne mérite pas une bonne rémunération !

Pouvez-vous nous révéler quels sont vos projets pour 2019 ?

Je ne peux encore rien dire pour les projets 2019 encore secrets, mais vous pouvez me retrouver dans le prochain « ElephantMen Holiday Special » ce mois-ci, avec une courte histoire écrite par Richard Starkings !
Il sera disponible sur ComiXology, tout comme les 5 issues de « Superfreaks » !